«Le design graphique au 21e siècle», Montréal (CA)

Journée d’étude coordonnée par Stéphane Vial et Louise Paradis en préparation de l’évaluation du programme de baccalauréat en design graphique de l’UQAM, l’Université du Québec à Montréal.

«Le design graphique au 21 e siècle  : étudier, créer, agir»

À mi-parcours de notre résidence de recherche et de création pour le Signe et l’Andra, nous nous sommes rendu du 25 au 31 janvier 2020 à Montréal, Canada, afin de participer au colloque organisé par l’École de Design de l’UQAM, l’Université du Québec à Montréal : « Le design graphique au 21 e siècle : étudier, créer, agir», mais aussi dans l’idée de rencontrer divers chercheurs susceptibles de nous aider dans nos investigations sur «la mémoire des déchets radioactifs». Dans les lignes qui suivent nous proposons de revenir sur ce colloque mais également les rencontres, les échanges et les apports de ce voyage.

Programme : dgr21.uqam.ca

Colloque

Nous avons réalisé une conférence consacrée aux recherches menées pour le Signe et l’Andra , suivi d’une table ronde au cours de laquelle nous avons pu préciser quelques-unes de nos réflexions.

Dans le cadre de la journée d’étude du 29 janvier sur « Le design graphique au 21 e siècle : étudier, créer, agir», vingt-deux intervenants du Canada, de France, d’Allemagne et des États-Unis ont présentés leurs idées pour répondre à trois grandes questions sur l’avenir du design graphique :

Programme du colloque

Dynamique

❝ […] Sont attendues des présentations d’initiatives en design graphique qui constituent une contribution à la société ; une veille des pratiques les plus récentes intégrant les enjeux du changement climatique, de la raréfaction des ressources ou de l’écoconception ; des réflexions sur la mission et le rôle du design graphique dans le contexte du 21e siècle ; des études de cas montrant des initiatives responsables réussies en design graphique de nature à stimuler l’enseignement, etc.❞

La journée s’annonce palpitante. Elle est conçue sur le principe de cycles courts et itératifs qui favorisent de nombreux moments de discussion avec la salle. Au-delà des retombées pour l’équipe du programme de bac en design graphique de l’UQAM, lequel va faire l’objet d’une modification majeure d’ici deux ans, ce grand moment de réflexion collective vise des retombées pertinentes sur le plan de la recherche et des pratiques actuelles profitables à toute la communauté du design graphique au sens large.

Réception

La réception de notre intervention a été idéale. Les questions lors de la table ronde et surtout, de façon plus informelle, après la table ronde, furent riches et nombreuses. Nos recherches ont, semble-t-il, retenue l’attention du public ce qui, bien sûr, nous a réjouit.

Demande d’intervention / conférence

Dans la mesure où les chercheurs et professeurs présents ont souhaité en savoir plus sur nos recherches, ils nous a été proposé de revenir en parler plus longuement le vendredi 31 janvier à l’UQAM. À cet effet nous avons eu plus d’une heure pour ré-exposer nos recherches et pour dialoguer avec un public d’enseignants-chercheurs et d’étudiants curieux et enthousiastes.

À la suite de cette seconde conférence deux propositions nous ont été faites :

Celle de revenir pour travailler avec les élèves de l’université autour des questions « d’universalité et de temporalité des formes graphiques » ; Celle de proposer une exposition de nos recherches à l’UQAM en 2020 ou 2021 ( ce qui nous invite à penser une exposition mobile, pour le cite de l’Andra en Haute-Marne, pour Montréal et potentiellement pour d’autres lieux ).

Rencontres & Échanges

Au cours de ces différents jours nous avons eu la chance de rencontrer plusieurs créateurs et chercheurs de premiers plans qui ont pu nous conseiller sur différents aspects concernant nos recherches. Nous pensons particulièrement à Thomas Huot-Marchand, responsable de l’Atelier national de recherche typographique ( ANRT ) et à Dario Rodighiero, chercheur au Massachusetts Institute of Technology ( MIT ).

Thomas Huot-Marchand (ANRT) | thomashuotmarchand.com
Thomas nous a conseillé de nouvelles pistes de recherches graphiques et a partagé avec nous le travail exceptionnel réalisé par l’ANRT autour de la numérisation des écritures du monde.

Dario Rodighiero (MIT) | dariorodighiero.com
Avec Dario nous avons pu avoir un dialogue très intéressant autour de la question des recherches menées en collaboration entre des designers et des industrielles ( ou des ingénieurs ) au MIT et ailleurs, et ce dernier nous a invité à prendre contacts avec différentes personnalités comme la chercheuse Cristina Versino qui travaille depuis plusieurs années sur la question du nucléaire.

Au-delà de ces deux personnalités nous avons eu l’occasion d’échanger avec d’autres personnes qui ont pu également, de façon moins direct mais intéressante tout de même, nous amener à enrichir nos réflexions :

Stéphane Vial, philosophe et théoricien du design ;
Étienne Mineur, designer interactif ;
Judith Poirier, chercheuse ;
Lyne Lefebvre, enseignante et chercheuse ;
et d’autres.

Visites

Pour finir nous pouvons dire qu’au-delà du colloque, différents aspects de notre voyage ont participé à l’enrichissement de nos recherches. Nous avons découvert et acheté des livres à Montréal que nous n’aurions sans doute pas trouver en France, nous avons travaillé dans des lieux de la ville aux ressources nouvelles pour nous ( comme la bibliothèque Marc-Favreau ), nous avons parler de notre mission à des canadiens et leur réaction étaient toujours riche d’enseignement pour nous.

Exposition «Le design graphique, ça bouge», UQAM

Le Centre de design de l’UQAM proposait un panorama exceptionnel du design graphique québécois à travers les réalisations d’une cinquantaine de ses meilleures agences. Elle présentait les divers aspects de l’évolution du design graphique à travers de nombreuses déclinaisons appliquées.

«Le design graphique, ça bouge» | Découvrir l’exposition

Exposition «Les Incas… c’est le Pérou !», Pointe-à-Callière

Par ailleurs, nous avons pu nous rendre à quelques expositions qui pouvaient faire écho, de façon direct ou indirect, à nos problématiques. Nous avons pu voir en particulier une exposition sur les Incas à la Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. Les signes présents, leur temporalité, leur signification et leur mythification nous ont conduit à envisager de nouvelles pistes de recherches en particulier concernant la sémantisation des formes visuelles.

«Les Incas… c’est le Pérou !» | Découvrir l’exposition

Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal

Écrit par

Sébastien Noguera

Designer & Directeur artistique

Liens utiles

Télécharger