«Séquence et expérience» — Jean-Noël Lafargue

Jean-Noël Lafargue, chercheur et enseignant

Jean-Noël Lafargue est un chercheur français. Expert en technologies, il est enseignant en art et nouveaux médias depuis 1996. Il a signé un certain nombre de textes dans la presse ou dans des revues : Amusement, Étapes, Le Monde Diplomatique, Ina Global, Le Magazine littéraire, Galaxies, Solaris, etc. Il a également publié plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique, tels que Les Fins du monde, qui retrace l’histoire de la «fin du monde» à travers les âges, ou encore L’Intelligence artificielle : Fantasmes et réalités, en collaboration avec Marion Montaigne.

Jean-Noël Lafargue | hyperbate.fr
Blog «Les fins du monde» | finsdumonde.fr

Questionnaire de recherche :

Ci-dessous sont présentées les réponses de Jean-Noël Lafargue (JNL) au questionnaire développé et transmis à diverses personnalités (graphistes, chercheurs, scientifiques, etc.) dont le travail et/ou les réflexions se sont révélées en lien avec le sujet de résidence de recherche et de création mené par Charles Gautier (CG) et Sébastien Noguera (SN) au Signe, centre national du graphisme de Chaumont :

CG+SN Que vous inspire la question de la mémoire des déchets radioactifs ?

JNL Beaucoup d’angoisse. Chaque année nous en produisons des tonnes, dont une bonne partie constitue un poison qui restera actif des millénaires, et même si l’on décidait demain de cesser d’exploiter l'énergie nucléaire, ces déchets ne disparaîtraient pas pour autant et devraient continuer d'être retraités et stockés, alors même que leur absence de rentabilité ne pousseraient ni les politiques ni les industriels à s’en charger efficacement : la temporalité d’une assemblée d’actionnaires ou d’un mandat électoral ne se comptent pas en siècles ou en millénaires, et les électeurs eux-mêmes s’intéressent à ce qu’on va faire pour eux aujourd'hui, pas à ce qui concerne leurs lointains descendants.

CG+SN Des systèmes de communication — à vocation universelle ou non —, qu’ils soient graphique, linguistique, sonore, tactile ou autre, ont-ils déjà retenu votre attention ?

JNL La réponse courte est : «oui». Difficile de ne pas penser à l’Isotype d’Otto Neurath, à la signalétique des produits de consommation, au code de la route… Et plus généralement bien sûr au langage, au langage non-verbal… La scénographie peut être un outil de communication et transmettre une impression de grandeur, de menace, de sacré… Une piste qui est peut-être intéressante à explorer est celle de la séquence (mode d’emploi, bande dessinée).

CG+SN Pensez-vous qu’il soit possible d’inventer un système ou une méthode qui puisse prévenir les générations futures de la dangerosité d’un lieu ?

JNL Il est difficile d’imaginer un système de communication universel, épargné par les biais culturels et les conventions. Cependant tous les humains partagent certaines expériences : le corps, la maladie. Et l’évolution a amené chacun de nous à être attentif aux périls vitaux : sons menaçants ? représentation de corps torturés, grimaçants ou souffrants ? odeurs répulsives ? etc.

Écrit par

Jean-Noël Lafargue

Chercheur et Enseignant

Liens utiles