🔊
Partenaires Description

Hasna et Bachir, deux acteurs de terrain Ă  l’ALCS arpentent un squat frĂ©quentĂ© par des personnes usagĂšres de drogues Ă  TĂ©touan. Dans leurs sacs, ils transportent du matĂ©riel d’information sur les hĂ©patites virales et le VIH, mais aussi du matĂ©riel stĂ©rile pour injection. Au Maroc, prĂšs de la moitiĂ© des personnes qui s’injectent des drogues vivent avec le VHC. A travers ses interventions de terrain, l’ALCS, association membre de Coalition PLUS, leur fournit des informations et outils de prĂ©vention adaptĂ©s Ă  leurs besoins.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Tétouan, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

Ali et Said (Ă  droite), acteurs de terrain Ă  l’ALCS, discutent avec Hamid, un usager de drogue qu’ils ont dĂ©jĂ  rencontrĂ© auparavant.

GrĂące Ă  ces visites informelles, les associations communautaires gardent le contact avec des personnes qui frĂ©quentent rarement les centres de santĂ©. Ces Ă©changes sont aussi une occasion de faire passer des messages de prĂ©vention et de distribuer du matĂ©riel de rĂ©duction des risques liĂ©s Ă  l’injection.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, M’diq, Maroc, dĂ©cembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

A l’entrĂ©e de la mĂ©dina de TĂ©touan, la camionnette de l’ALCS accueille les personnes les plus Ă©loignĂ©es du soin. Celles-ci peuvent s’y rendre plusieurs fois par semaine pour prendre un cafĂ©, manger un encas, discuter, mais aussi pour bĂ©nĂ©ficier d’un suivi mĂ©dical.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, M’diq, Maroc, dĂ©cembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

Action de sensibilisation Ă  l’hĂ©patite C sur les rives de la Yamuna Ă  DelhiSur les rives de la Yamuna, Harish et Sunita (Ă  gauche), deux collaborateurs-rices de l’association DNP+, discutent avec des personnes usagĂšres de drogues. A Delhi, 2 personnes qui s’injectent des drogues sur 3 vivent avec le VHC. Pour combattre l’épidĂ©mie, DNP+ mĂšne des actions d’information et de prĂ©vention directement sur les lieux d’injection.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

Dans un quartier du vieux Delhi, des volontaires de DNP+ accompagnent plusieurs personnes Ă  l’hĂŽpital pour qu’elles puissent bĂ©nĂ©ficier d’une prise en charge du VIH et du VHC. Les actions d’information et de sensibilisation menĂ©es par l’association auprĂšs des populations vulnĂ©rables incitent certaines personnes Ă  se faire dĂ©pister et Ă  aller plus loin dans le parcours de soin. Elles peuvent alors se prĂ©senter dans les bureaux de DNP+ afin de se faire accompagner Ă  l’hĂŽpital et ĂȘtre prises en charge, sans risque de discrimination.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

“A 53 ans, je suis le doyen et le plus expĂ©rimentĂ© des usagers et usagĂšres de drogues qui vivent dans les rues de Yamuna Bazaar [un quartier de Delhi, ndlr]. Cela fait 30 ans que je m’injecte des drogues, mais je fais tellement attention que je n’ai jamais Ă©tĂ© infectĂ©, ni par le VIH ni par le VHC ! Pendant dix ans, j’ai aidĂ© DNP+ Ă  entrer en contact avec les personnes les plus marginalisĂ©es et les plus vulnĂ©rables. Aujourd’hui, je suis volontaire de l’association. J’accompagne mes pairs-es dans le suivi de leur traitement contre l’hĂ©patite C et le VIH.”

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

A Bogota, Kenny (Ă  gauche), un agent communautaire de Red Somos, explique Ă  une femme trans les risques d’infection au virus de l’hĂ©patite C. Association membre de la Plateforme AmĂ©riques-CaraĂŻbes de Coalition PLUS, Red Somos est associĂ©e Ă  la campagne “RegĂĄlate un Minuto”. DĂ©veloppĂ©e par IFARMA, cette initiative nationale vise Ă  informer et sensibiliser la population colombienne aux hĂ©patites virales, ainsi qu’à mobiliser les populations les plus vulnĂ©rables. ©Coalition PLUS / NicolĂĄs Corredor, BogotĂĄ, Colombie, dĂ©cembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

A Bogota, Laura (Ă  droite), une collaboratrice de Red Somos, donne Ă  un passant des informations sur l’hĂ©patite C. En plus de ses activitĂ©s de sensibilisation aux infections sexuellement transmissibles (IST), au VIH et Ă  l’hĂ©patite C, Red Somos milite pour faire reconnaĂźtre la spĂ©cificitĂ© des interventions communautaires. En particulier, l’association demande des avancĂ©es concrĂštes pour que les organisations communautaires puissent effectivement pratiquer le dĂ©pistage du VIH, des hĂ©patites virales B et C et de la syphilis, en dehors des laboratoires d’analyses mĂ©dicales.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Leidy and Laura, collaborateurs-rices de Red Somos, menaient une action d’information et sensibilisation Ă  l’hĂ©patite C auprĂšs des passants-es lorsqu’ils ont Ă©tĂ© surpris par la pluie.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

AssistĂ©e d’une volontaire, Eyta (Ă  droite) distribue un kit de prĂ©vention, incluant des prĂ©servatifs et une brochure d’information sur l’hĂ©patite C, Ă  des travailleuses du sexe dans le quartier de Chow Kit Ă  Kuala Lumpur. Elle mĂšne cette action dans le cadre d’un programme dĂ©ployĂ© par la FĂ©dĂ©ration malaisienne des associations de santĂ© reproductive (Federation of Reproductive Health Associations of Malaysia, FRHAM) et le Malaysian AIDS Council (MAC), membre de Coalition PLUS.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kuala Lumpur, Malaisie, janvier 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

Jega, coordonnateur du programme, Gaik, administratrice et Aziz Desa, agent de terrain auprĂšs des personnes qui s’injectent des drogues forment l’équipe du projet TEMAN, crĂ©Ă© par le Malaysian AIDS Council. TEMAN signifie « ami » ou « accompagner ». Mis en Ɠuvre par le AIDS Action & Research Group (AARG), avec le soutien de Coalition PLUS, le projet TEMAN vise Ă  promouvoir le dĂ©pistage et le traitement de l’hĂ©patite C auprĂšs des personnes dĂ©tenues. L’équipe du projet mĂšne des actions de sensibilisation Ă  l’hĂ©patite C, au VIH, aux addictions et autres affections liĂ©es, directement en prison. Elle travaille Ă©galement avec l’administration pĂ©nitentiaire pour identifier les personnes Ă  risque d’infection par le VHC et leur proposer un accompagnement adaptĂ© Ă  leur sortie de prison. Ainsi, les pairs-es gardent le contact avec les anciens-nes dĂ©tenus-es, afin de leur proposer une rencontre pour les amener Ă  se faire dĂ©pister et traiter dans le centre de santĂ© public le plus proche. Les risques de transmission de l’hĂ©patite C, du VIH et d’autres maladies infectieuses, sont particuliĂšrement Ă©levĂ©s en prison. A cet Ă©gard, les politiques rĂ©pressives Ă  l’encontre des personnes usagĂšres de drogues constituent un terreau fertile pour ces Ă©pidĂ©mies.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Penang, Malaisie, janvier 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

A Semenyih, Ă  une trentaine de kilomĂštres de Kuala Lumpur, Rusli, pair-Ă©ducateur, explique Ă  des usagers-Ăšres de drogues actifs-ves les consĂ©quences d’une hĂ©patite C chronique non traitĂ©e. Il les encourage Ă  se faire dĂ©pister et leur distribue des seringues propres, afin de rĂ©duire les risques de transmission du VHC liĂ©s Ă  l’injection. Enfin, il leur partage des informations sur les programmes de prise en charge de l’hĂ©patite C et du VIH et de substitution Ă  la mĂ©thadone. Lui-mĂȘme usager de drogues pendant 25 ans, Rusli est dĂ©sormais guĂ©ri du VHC grĂące aux traitements disponibles en Malaisie. Il mĂšne cette action de sensibilisation et prĂ©vention dans le cadre d’un programme dĂ©veloppĂ© par Persatuan Insaf Murni Malaysia, une association locale membre de MAC, organisation membre de Coalition PLUS.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Semenyih, Malaisie, décembre 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

Une militante de CoNE fait signer un formulaire de consentement avant un dĂ©pistage de l’hĂ©patite C dans un centre de santĂ© communautaire d’Imphal, Ă  une centaine de kilomĂštres de la Birmanie. AprĂšs le prĂ©lĂšvement, CoNE enverra les Ă©chantillons Ă  un centre de diagnostic partenaire. Si le rĂ©sultat est positif, l’association rĂ©fĂšrera le patient au programme national de traitement. Cette campagne de dĂ©pistage s’est dĂ©roulĂ©e au cours de la Semaine internationale du dĂ©pistage, initiĂ©e par Coalition PLUS en novembre 2020. Afin d’atteindre les personnes les plus Ă©loignĂ©es des soins, en raison des discriminations comme de l’éloignement gĂ©ographique, CoNE organise jusqu’à deux campagnes de dĂ©pistage par mois, couvrant tous les districts de l'État de Manipur. Les campagnes se dĂ©roulent gĂ©nĂ©ralement dans les locaux d’ONG partenaires et parfois dans des lieux publics, avec l’accord des autoritĂ©s. En ciblant les populations les plus vulnĂ©rables Ă  l’hĂ©patite C, CoNE identifie un nombre important de patients-es, mĂȘme avec une capacitĂ© de dĂ©pistage limitĂ©e.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

“J’ai commencĂ© Ă  consommer de la drogue en 2003. Depuis, j’ai frĂ©quentĂ© beaucoup de centres de rĂ©habilitation. Pendant le confinement, Ă  cause de la Covid-19, j’avais besoin d’aide avec ma consommation, mais aucun centre n’acceptait de nouvelles admissions. J’ai participĂ© Ă  une campagne de dĂ©pistage organisĂ©e par CoNE, qui m’a permis de faire gratuitement le test de dĂ©pistage du virus de l’hĂ©patite C. Quand le rĂ©sultat s’est avĂ©rĂ© positif, j’étais trĂšs triste. Mais CoNE m’a accompagnĂ© pour que je puisse bĂ©nĂ©ficier d’un traitement gratuit, bien que je n’ai pas de carte d’identitĂ©. Aujourd’hui, je vis dans un centre de rĂ©habilitation, en attendant de savoir si ma charge virale est indĂ©tectable. Je suis payĂ© pour m’occuper de la pĂ©piniĂšre et de la porcherie du centre. Ainsi, je peux soutenir matĂ©riellement ma famille. J’en suis trĂšs fier !”.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

“Je ne consomme plus de drogues depuis dix ans, mais j’avais l’habitude de partager mon matĂ©riel d’injection, mĂȘme les seringues. En 2011, j’ai fait un test du VIH qui heureusement Ă©tait nĂ©gatif. Plus tard, en 2014, CoNE m’a proposĂ© un dĂ©pistage gratuit du VHC, qui Ă©tait rĂ©actif. J’étais dĂ©primĂ©, car je n’avais pas les moyens de faire les tests complĂ©mentaires, et encore moins d’accĂ©der aux traitements. Il m’est arrivĂ© de souhaiter reprendre de la drogue, puisque j’allais mourir de toute maniĂšre de complications au foie. Mais en 2017, grĂące Ă  l’accompagnement de CoNE, j’ai confirmĂ© mon diagnostic et j’ai pu accĂ©der Ă  un traitement. Aujourd’hui, je suis capable de gĂ©rer mon entreprise de station de lavage sans aucun problĂšme de santĂ© majeur”.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Un patient arrive dans un centre de santĂ© public de SĂŁo Paulo pour faire le test de l’hĂ©patite C. La co-infection avec l’hĂ©patite C est relativement frĂ©quente chez les personnes vivant avec le VIH, notamment au sein des populations marginalisĂ©es. Afin de promouvoir le dĂ©pistage et le traitement du VHC, les organisations membres du Forum des ONG de lutte contre le sida de l’Etat de Sao Paulo (FOAESP) ont menĂ© des actions de sensibilisation dans les centres de dĂ©pistage de la rĂ©gion mĂ©tropolitaine de Sao Paulo. En plus de distribuer des brochures d’information, les agents-es communautaires ont organisĂ© des rencontres avec les usagers-Ăšres, ainsi que des ateliers. Les patients-tes ont apprĂ©ciĂ© ces initiatives. D’une part, l’accompagnement communautaire facilite la relation avec les professionnels-les de santĂ©. D’autre part, le fait de se sentir acceptĂ©s-es et compris-es a pour effet de diminuer l’anxiĂ©tĂ© des patients-tes.

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Sao Paulo, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Dans les locaux de DNP+ Ă  Yamuna Bazaar, Denzil Basil, militant de l’association, distribue les traitements de l’hĂ©patite C aux patients-tes. DerriĂšre le comptoir, un acteur de terrain renseigne les usagers-Ăšres sur la rĂ©duction des risques et l’adhĂ©rence aux traitements. Denzil Basil est le coordinateur du projet d’AccĂšs au traitement de l’hĂ©patite C, initiĂ© par Coalition PLUS avec le soutien d’Unitaid.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

Dans les locaux de DNP+ Ă  Yamuna Bazaar, Amar, militant de l’association, distribue des seringues stĂ©riles aux personnes qui s’injectent des drogues. Il leur prodigue Ă©galement des conseils de rĂ©duction des risques.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

Deise Pires, mĂ©decin au centre de dĂ©pistage et de conseil pour le VIH et le VHC, effectue un test rapide. Les interventions des associations membres de FOAESP dans les centres de santĂ© ont accru l’estime de soi des patients-es. Le nombre de personnes co-infectĂ©es par le VIH et le VHC dĂ©pistĂ©es et prises en charge a augmentĂ©. Enfin, les actions de sensibilisation rĂ©alisĂ©es par les agents communautaires ont permis de renforcer le suivi de l’offre de dĂ©pistage et prise en charge dans les centres de santĂ©.

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Sao Paulo, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Deise Pires, mĂ©decin au centre de dĂ©pistage et de conseil pour le VIH et le VHC, prĂ©lĂšve une goutte de sang d’un usager pour le dĂ©pistage rapide. GrĂące Ă  la prĂ©sence de pairs-es Ă©ducateurs-rices, d’autres facteurs entravant l’accĂšs au dĂ©pistage et au traitement, comme les ruptures de stock, le manque de personnel et la formation inadĂ©quate des professionnels-les de santĂ©, ont pu ĂȘtre identifiĂ©s. L’activitĂ© a Ă©galement permis une meilleure coordination entre les programmes municipaux de lutte contre le VIH/sida et les IST d’une part, et contre les hĂ©patites virales d’autre part.

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Sao Paulo, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Renny, Ă©tudiant originaire du VĂ©nĂ©zuela, reçoit une boĂźte d’antirĂ©troviraux contre le VIH. Dans le cadre du programme initiĂ© par Coalition PLUS et soutenu par Unitaid, ReColVIH rĂ©alise rĂ©guliĂšrement des actions de prĂ©vention et sensibilisation au VIH et au VHC en direction des migrants-tes vĂ©nĂ©zuĂ©liens-nes.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Dans le cadre d’une campagne d’éducation Ă  la sexualitĂ© et de prĂ©vention du VIH dĂ©veloppĂ©e par l’association GAPOMARO, Laura reçoit un paquet de prĂ©servatifs.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Lalroukungi vit avec le virus de l’hĂ©patite C. GrĂące Ă  l’accompagnement de CoNE, elle a pu bĂ©nĂ©ficier d’un traitement. Aujourd’hui, elle travaille dans un centre de traitement des addictions. CoNE intervient ponctuellement au sein des centres de rĂ©habilitation ou traitement des addictions, qu’il s’agisse de sensibiliser les usagers-Ăšres ou de former les Ă©quipes. Pendant le confinement liĂ© Ă  la pandĂ©mie de COVID-19, ces centres n'acceptent plus les nouvelles inscriptions. CoNE a donc ouvert son propre centre afin de pouvoir accueillir les personnes usagĂšres de drogues.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

Au cours d’une campagne de dĂ©pistage organisĂ©e par CoNE en collaboration avec le ministĂšre de la SantĂ©, un professionnel de santĂ© effectue un prĂ©lĂšvement sanguin pour le dĂ©pistage du VHC. En cas de test positif, CoNE accompagne les patients-tes dans les centres de santĂ© afin qu’ils et elles puissent accĂ©der au traitement et bĂ©nĂ©ficier d’une prise en charge adĂ©quate.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Au centre de santĂ© sexuelle et reproductive de l’ALCS Ă  Marrakech, Youssef (Ă  droite), coordonnateur du programme PrEP, dĂ©piste Ahmed, utilisateur de ce traitement prĂ©ventif contre le VIH, lors d’un rendez-vous de suivi. Tous les trois mois, Ahmed se rend au centre pour faire le suivi de la PrEP, se faire dĂ©pister pour l’hĂ©patite C, le VIH et la syphilis, et pour recevoir son traitement. La PrEP (prophylaxie prĂ©-exposition) est une combinaison d’antirĂ©troviraux trĂšs efficace pour prĂ©venir l’infection Ă  VIH. GrĂące aux efforts de recherche et de plaidoyer de l’ALCS, elle est disponible gratuitement au Maroc depuis 2017.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Marrakech, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

« J’ai essayĂ© beaucoup de drogues. J’ai longtemps pensĂ© que mon addiction me conduirait au cimetiĂšre, je ne pensais pas pouvoir arrĂȘter la drogue un jour
 L’ALCS m’a redonnĂ© espoir. D’abord usager des services de l’association, je me suis progressivement impliquĂ© dans des actions de sensibilisation auprĂšs d’autres usagers de drogues, ce qui m’a aidĂ© Ă  faire face Ă  mon addiction. A l’ALCS, j’ai trouvĂ© des valeurs que je ne rencontrais pas dans la sociĂ©tĂ©. Cela m’a permis de retrouver mon estime de moi et cela m’a redonnĂ© la force de vivre. »

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Tétouan, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

AssistĂ© d’un volontaire, Rusli, agent de santĂ© communautaire, prĂ©pare le matĂ©riel nĂ©cessaire pour une future mission auprĂšs des usagers de drogues. Dans le cadre de ses activitĂ©s de dĂ©pistage, accompagnement et formation, Persatuan Insaf Murni accueille Ă©galement les personnes directement dans ses locaux.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Semenyih, Malaisie, décembre 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

« Je consomme des drogues depuis 1995. Ancien militaire, j’ai Ă©tĂ© licenciĂ© en raison de ma consommation, une discrimination que subissent encore de nombreux-ses usagers-Ăšres de drogues en Malaisie. DiagnostiquĂ© positif au VHC en 2005, j’ai Ă©tĂ© traitĂ© avec succĂšs en 2020. Voici une photo d’“Atok”, dĂ©cĂ©dĂ©e d’une fibrose hĂ©patique due au VHC en 2017. En tant que personne vivant avec le VHC et le VIH, usagĂšre de drogue, transgenre et travailleuse du sexe, Atok a aidĂ© beaucoup de personnes, dont moi, en tant que paire-Ă©ducatrice et agente communautaire. Bien qu’elle ait pu me sauver en m’encourageant Ă  me faire soigner, mon amie est dĂ©cĂ©dĂ©e juste un an avant que les nouveaux traitements contre l’hĂ©patite C ne soient disponibles ici. Depuis 2010, je mĂšne des activitĂ©s de sensibilisation et dirige des groupes de soutien pour les usagers-Ăšres de drogues, les personnes vivant avec le VHC, les personnes transgenres, les travailleurs-euses du sexe et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, qui recherchent des conseils et des traitements mĂ©dicaux, par l’intermĂ©diaire de Persatuan Cahaya Harapan, association membre du Malaysian AIDS Council Ă  Kedah ».

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kedah, Malaisie, janvier 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

Bella, reprĂ©sentante du Malaysian AIDS Council, et Zack, militant de Persatuan Cahaya Harapan, animent une rĂ©union d’un groupe de soutien pour la communautĂ© transgenre de Sungai Petani, une ville cĂŽtiĂšre de Malaisie. Ils informent et sensibilisent les participants-es Ă  l’hĂ©patite C.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kedah, Malaisie, janvier 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

AssistĂ©e d’une volontaire, Mak Wan, ancienne usagĂšre de drogues, prĂ©pare le repas dans la cuisine communautaire de l’initiative « Warung Makan Sahabat » [“la cantine des amis”, ndlr]. La nourriture prĂ©parĂ©e sera ensuite distribuĂ©e Ă  tous-tes celles et ceux qui en ont besoin, dans le quartier de Chow Kit Ă  Kuala Lumpur.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kuala Lumpur, Malaisie, décembre 2020

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

« J’ai commencĂ© Ă  consommer de la drogue Ă  11 ans. J’ai Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ©e Ă  plusieurs reprises pour usage de drogues et j’ai passĂ© dix ans dans un centre de rĂ©habilitation. En 2016, j’ai Ă©tĂ© testĂ©e positive au virus de l’hĂ©patite C. Heureusement, j’ai pu avoir accĂšs au nouveau traitement. J’attends dĂ©sormais les rĂ©sultats de mon statut VHC. Pour soutenir ma communautĂ©, j’ai lancĂ© ma propre initiative, le « Warung Makan Sahabat », que je gĂšre avec la Fondation AMAL, situĂ©e Ă  Kuala Lumpur. Depuis octobre 2020, je distribue des repas gratuits aux usagers-Ăšres de drogues, aux mĂšres cĂ©libataires, aux pauvres et aux sans-abris du quartier. Avec un budget de 8 Ringgits [1,60€, ndlr] par colis, j’arrive Ă  nourrir 300 Ă  350 personnes chaque jour ».

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kuala Lumpur, Malaisie, décembre 2020

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

A Bogota, Esteban, reprĂ©sentant de l’association GAPOMARO, anime une discussion sur les risques et la prĂ©vention de l'hĂ©patite C avec des adolescents-tes. La plupart de leurs parents sont d’anciens combattants affiliĂ©s Ă  des groupes illĂ©gaux ayant participĂ© au conflit colombien et sont considĂ©rĂ©s comme une population Ă  haut risque d’infection par le virus de l’hĂ©patite C. GAPOMARO est associĂ© Ă  la campagne « RegĂĄlate un Minuto », dĂ©veloppĂ©e par IFARMA dans le cadre du projet coordonnĂ© par Coalition PLUS avec le soutien d’Unitaid.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, novembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Un groupe de femmes et de travailleuses du sexe Ă©coute attentivement une discussion sur l’estime de soi et le respect mutuel lors d’un atelier organisĂ© par l’association Cimientos de Luz. Cimientos de Luz est associĂ© Ă  la campagne « RegĂĄlate un Minuto », dĂ©veloppĂ©e par IFARMA dans le cadre du projet coordonnĂ© par Coalition PLUS avec le soutien d’Unitaid.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Sincelejo, Colombie,novembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Rubiela, une travailleuse du sexe trans, plongĂ©e dans ses pensĂ©es lors d’un atelier de sensibilisation Ă  l’hĂ©patite C organisĂ© par Cimientos de Luz.
Cimientos de Luz est associĂ© Ă  la campagne « RegĂĄlate un Minuto », dĂ©veloppĂ©e par IFARMA dans le cadre du projet coordonnĂ© par Coalition PLUS avec le soutien d’Unitaid.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, novembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Dans le cadre des groupes de soutien organisĂ©s par DNP+, des personnes usagĂšres de drogues participent Ă  une sĂ©ance de thĂ©rapie par le rire au jardin public de Yamuna Bazaar Ă  Delhi. OrganisĂ©es deux fois par mois, ces rĂ©unions rassemblent en gĂ©nĂ©ral une quarantaine de participants-tes. Elles permettent de sensibiliser les personnes les plus Ă©loignĂ©es des soins, de rĂ©pondre Ă  leurs questions, de les encourager Ă  se faire dĂ©pister et d’organiser les trajets vers les hĂŽpitaux.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

Dans les locaux de DNP+ dans le quartier de Yamuna Bazaar, Denzil Basil, Coordonnateur de projet, assure l’animation d’un groupe de soutien. En fonction des besoins des participants, ces sessions peuvent durer entre 2 et 4 heures. Les participants-tes, qui partagent les mĂȘmes enjeux de santĂ©, se retrouvent pour discuter de leurs difficultĂ©s et se soutenir mutuellement. Une collation est distribuĂ©e en conclusion de chaque session. Ainsi, ces sessions collectives contribuent Ă  renforcer l’adhĂ©sion thĂ©rapeutique.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

GĂ©rĂ© par DNP+, ce centre hĂ©berge jusqu’à 7 personnes en mĂȘme temps. Ici, les usagers peuvent avoir accĂšs Ă  tous les services de santĂ© dont ils et elles ont besoin : mĂ©dicaments, seringues stĂ©riles, mĂ©thadone
 Pendant la pandĂ©mie de COVID-19, afin d’assurer la continuitĂ© de ses actions, le centre d’hĂ©bergement de DNP+ a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un financement via le fonds d’urgence de Coalition PLUS.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

En amont de la Semaine internationale du dĂ©pistage initiĂ©e par Coalition PLUS, l’équipe de CoNE affiche des messages de sensibilisation au dĂ©pistage du VIH, du VHC et des IST dans les locaux du Centre de traitement modĂšle (Model Treatment Center) de l’hĂ©patite C, au sein de l’Institut des sciences mĂ©dicales Jawaharlal Nehru d’Imphal. InaugurĂ© en 2019 par le ministre de la SantĂ© du Manipur, ce centre travaille en Ă©troite collaboration avec CoNE, ce qui a permis d’optimiser son fonctionnement. L’association a notamment contribuĂ© Ă  la formation de son personnel et Ă  l’amĂ©lioration de la chaĂźne d’approvisionnement et de l’utilisation du matĂ©riel de dĂ©pistage. Enfin, CoNE rĂ©fĂšre au centre les personnes dĂ©pistĂ©es positives au virus de l’hĂ©patite C lors de ses missions de terrain.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Au cours d’un atelier de sensibilisation dans un centre de traitement des addictions, un conseiller communautaire de CoNE explique l’infection au virus de l’hĂ©patite C (VHC) et la co-infection avec le VIH. Il encourage les participants-es Ă  se faire dĂ©pister et accompagne celles et ceux diagnostiquĂ©s-Ă©es positifs-ves au VHC pour qu’ils et elles puissent ĂȘtre traitĂ©s-es et pris-es en charge.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Younes, coordonnateur national du programme PrEP de l’ALCS, et deux militants font une pause dans les locaux de Marrakech.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Tétouan, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

« Je pratique le chemsex [usage de produits psychoactifs en contexte sexuel, ndlr] depuis plusieurs annĂ©es. En 2013, je me suis rendu dans la clinique de l’ALCS pour la premiĂšre fois. J’y ai immĂ©diatement trouvĂ© le soutien psychologique dont j’avais besoin. J’ai souvent eu des relations sexuelles non protĂ©gĂ©es. J'ai passĂ© des semaines, la boule au ventre, avant de me faire dĂ©pister. En allant rĂ©guliĂšrement Ă  l’ALCS, j’ai acquis beaucoup de connaissances. Les formations dispensĂ©es m’ont aussi aidĂ© Ă  faire face Ă  la stigmatisation et Ă  me protĂ©ger des maladies. En quelque sorte, l’ALCS est devenue ma deuxiĂšme maison. J’y trouve des gens qui me soutiennent, sans me juger, et qui me permettent d’ĂȘtre moi-mĂȘme ».

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Tétouan, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

« Je suis marginalisĂ© en raison de mon orientation sexuelle, mais Ă  l’ALCS, je me sens le bienvenu. J’y ai trouvĂ© un espace oĂč je peux m’exprimer, apprendre et connaĂźtre mes droits. Auparavant, je n’avais pas conscience des risques et j’avais des relations sexuelles non protĂ©gĂ©es. Depuis que je bĂ©nĂ©ficie des services de l’ALCS, je prends ma santĂ© en charge. Je me protĂšge, car j’ai conscience des infections sexuellement transmissibles. Aujourd’hui, c’est moi qui sensibilise les autres Ă  ces questions ! » ©Coalition PLUS / Seif Kousmate, TĂ©touan, Maroc, dĂ©cembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

« Je travaille auprĂšs des personnes vivant avec le VIH et le VHC depuis plus de 30 ans. J’ai dĂ©couvert que j’étais sĂ©ropositif au virus de l’hĂ©patite C en 2018, lors d’une consultation de routine. Ironiquement, je commençais tout juste Ă  travailler sur le projet « Pour un BrĂ©sil sans hĂ©patite », un partenariat entre Bem-me-quer, mon organisation, Coalition PLUS et deux autres associations brĂ©siliennes, GIV et FOAESP. De nouveaux mĂ©dicaments trĂšs efficaces venaient d’arriver sur le marchĂ© brĂ©silien, mais Ă  des prix exorbitants ! Sensibiliser les gens aux enjeux de la lutte contre l’hĂ©patite C Ă©tait donc pour moi d’une importance capitale. Je me suis plongĂ© Ă  corps perdu dans le projet. Nous avons fait pression sur l’industrie pharmaceutique pour qu’elle baisse le prix des traitements. Nous avons plaidĂ© auprĂšs du CongrĂšs Ă  Brasilia. Nous avons Ă©galement demandĂ© Ă  l’office des brevets de refuser de breveter le sofosbuvir, un mĂ©dicament contre l’hĂ©patite C. Alors que je me battais pour que toutes et tous aient accĂšs Ă  ces traitements, ils m’étaient devenus indispensables pour garder une bonne qualitĂ© de vie. Il m’a fallu plus d’un an pour enfin accĂ©der au traitement de l’hĂ©patite C. En trois mois, j’étais guĂ©ri. Mon prochain grand dĂ©fi est de sensibiliser les autoritĂ©s sanitaires brĂ©siliennes Ă  la nĂ©cessitĂ© de traiter Ă©galement les personnes qui se rĂ©infectent ».

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Sao Paulo, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

« Ma grand-mĂšre est dĂ©cĂ©dĂ©e de l’hĂ©patite C. Alors, quand en 2014 j’ai moi-mĂȘme Ă©tĂ© diagnostiquĂ©e, c’était traumatisant. À ce moment-lĂ , l’hĂ©patite C Ă©tait traitĂ©e par l’interfĂ©ron. J’allais Ă  l’hĂŽpital une fois par semaine pour le traitement, je me sentais trĂšs faible, je vomissais, j’avais des douleurs partout, je n’arrivais pas Ă  manger. AprĂšs six ou sept mois, j’ai dĂ» interrompre le traitement car, en plus d’ĂȘtre inefficace, il avait provoquĂ© une anĂ©mie grave. J’ai perdu 22 kilos. Puis les antiviraux Ă  action directe (AAD) sont arrivĂ©s. Je pouvais prendre les pilules Ă  la maison, choisir l’heure, il n’y avait pas d’effets secondaires, pas de signes visibles - ce qui Ă©tait le pire avec l’interfĂ©ron. Je pouvais travailler, tout faire comme d’habitude et personne ne remarquait que j’étais sous traitement. Aujourd’hui, je vais bien. Je fais un suivi de routine, ce qui est trĂšs simple. C'est un appareil appelĂ© Ă©lastographie, ils utilisent l’imagerie mĂ©dicale. Par le passĂ©, on devait faire une biopsie, qui Ă©tait invasive et nĂ©cessitait une hospitalisation. Donc, je suis trĂšs reconnaissant pour le traitement, je suis guĂ©ri ». ©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Sao Paulo, BrĂ©sil, dĂ©cembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Le plaidoyer auprĂšs des dĂ©cideurs institutionnels fait partie des activitĂ©s principales de FOAESP. La prĂ©sence constante de l’organisation dans la capitale fĂ©dĂ©rale Brasilia a permis de nombreuses avancĂ©es. Ainsi, le budget fĂ©dĂ©ral inclut dĂ©sormais des financements dĂ©diĂ©s Ă  la riposte aux hĂ©patites virales. Par ailleurs, le systĂšme d’approvisionnement et de distribution des traitements a Ă©tĂ© amĂ©liorĂ© sur l’ensemble du territoire national.

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Le dĂ©putĂ© brĂ©silien Alexandre Padilha dĂ©livre un discours dans une salle de Commission au CongrĂšs national brĂ©silien, sous l’Ɠil attentif de Rodrigo Pinheiro, prĂ©sident de Forum des ONG de lutte contre le VIH/sida de Sao Paulo (FOAESP). FOAESP a su rassembler les dĂ©putĂ©s et les sĂ©nateurs autour d’un agenda commun de lutte contre les hĂ©patites virales, au sein d’un groupe parlementaire sur le VIH, le VHC et les infections sexuellement transmissibles. Alexandre Padilha est actuellement responsable de la coordination de ce groupe.

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Brasilia, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Rodrigo Pinheiro (Ă  droite), prĂ©sident de Forum des ONG de lutte contre le VIH/sida de Sao Paulo (FOAESP) Ă©change avec Alexandre Padilha (Ă  gauche), membre de la Chambre des dĂ©putĂ©s, dans la salle plĂ©niĂšre du CongrĂšs national brĂ©silien. Depuis 2019, le gouvernement a instaurĂ© le “mois des hĂ©patites virales”, en juillet. Cependant, dans le systĂšme fĂ©dĂ©ral brĂ©silien, États et municipalitĂ©s partagent avec le gouvernement central les compĂ©tences en matiĂšre de santĂ©, incluant le financement et la mise en Ɠuvre de campagnes de sensibilisation et prĂ©vention. FOAESP a donc proposĂ©, Ă  travers le groupe parlementaire coordonnĂ© par Alexandre Padilha, un amendement pour rendre cette initiative gouvernementale davantage prescriptive.

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Brasilia, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

PrĂ©sident de FOAESP, Rodrigo Pinheiro milite depuis une quinzaine d’annĂ©es auprĂšs des personnes vivant avec le VIH. « Je suis une personne trĂšs dĂ©terminĂ©e, je me fixe des objectifs ambitieux et j’essaye de les atteindre. Je suis activiste parce que je crois en une meilleure qualitĂ© de vie pour les personnes vivant avec le VIH. Je m’engage Ă©galement pour le respect des droits humains, de façon Ă  permettre l'accĂšs au traitement pour toutes les personnes vivant avec l'hĂ©patite C. »

©Coalition PLUS / Ana Caroline de Lima, Brasilia, Brésil, décembre 2020

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP)

FĂłrum das ONG/Aids do Estado de SĂŁo Paulo (FOAESP) est une organisation pionniĂšre et bien Ă©tablie, rĂ©unissant une centaine d’ONG travaillant dans le domaine du sida, des droits humains et de la santĂ© publique dans l’État de Sao Paulo. FondĂ©e en 1997, FOAESP plaide pour de meilleures politiques de santĂ© publique sur le sida, le VHC et les IST, l’expansion de la prĂ©vention et de la sensibilisation au VIH et aux co-infections et la dĂ©fense des droits des personnes vivant avec le VIH. Les initiatives de plaidoyer de FOAESP ciblent les pouvoirs lĂ©gislatifs, exĂ©cutifs et judiciaires et sont menĂ©es Ă  la fois au niveau des États et au niveau fĂ©dĂ©ral. FOAESP travaille Ă©galement au renforcement des organisations membres via le renforcement des capacitĂ©s, la formation et la mĂ©diation.

Résultat clé :

  • CrĂ©ation d'un front parlementaire multipartite pour lutter contre l'hĂ©patite, le VIH et les infections sexuellement transmissibles au BrĂ©sil qui Ɠuvre pour influencer le dĂ©bat parlementaire et impulser la lĂ©gislation sur ces sujets.
Fermer
Partenaires Description

Des reprĂ©sentants-tes de 5 ONG, dont le Malaysian AIDS Council (MAC), membre de Coalition PLUS, et MTAAG+ se retrouvent pour discuter et planifier les actions de plaidoyer sur l’hĂ©patite C. En septembre 2017, les efforts de plaidoyer conjoints de TWN, MAC, MTAAG+ et leurs partenaires, ont permis d’aboutir Ă  une dĂ©cision historique. Contournant les brevets dĂ©tenus par le laboratoire Gilead, l’Etat malaisien a en effet Ă©mis une licence obligatoire, afin d’autoriser l’importation de traitements gĂ©nĂ©riques contre l’hĂ©patite C.

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kuala Lumpur, Malaisie, décembre 2020

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

« J’ai commencĂ© Ă  m’injecter de la drogue Ă  16 ans. En 2003, j’ai Ă©tĂ© diagnostiquĂ©e sĂ©ropositive au VIH et en 2017, j’ai rejoint un programme de traitement. AprĂšs avoir Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ©e Ă  plusieurs reprises, j’ai dĂ©cidĂ© d'arrĂȘter de prendre de la drogue en 2010. Aujourd’hui, je me dĂ©finis comme une activiste pour les communautĂ©s d’usagers-Ăšres de drogues et de travailleuses du sexe. Je m’engage en particulier pour la santĂ©, les droits sexuels et reproductifs et la dĂ©pĂ©nalisation. Mon souhait de fonder une famille est l’une des principales raisons de mon engagement. En 2017, j’ai Ă©tĂ© testĂ©e positive au virus de l’hĂ©patite C, mais j’ai Ă©tĂ© traitĂ©e en 2019 et je suis dĂ©sormais guĂ©rie. Aujourd’hui, je travaille en tant que conseillĂšre communautaire et paire-Ă©ducatrice. Je fournis Ă  ma communautĂ© des informations sur le VIH, l’hĂ©patite C et les infections sexuellement transmissibles. J’encourage aussi mes pairs-es Ă  effectuer des contrĂŽles de santĂ© rĂ©guliers dans les cliniques les plus proches ».

©Coalition PLUS / Syaiful Redzuan Md Noor, Kuala Lumpur, Malaisie, janvier 2021

Malaysian AIDS Council (MAC) et Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+)

Malaysian AIDS Council (MAC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1992 en tant qu’organisation parapluie pour soutenir et coordonner les efforts des organisations non gouvernementales et d’autres associations travaillant sur les questions du VIH/sida en Malaisie. MAC travaille en partenariat avec les agences gouvernementales, le secteur privĂ© et les organisations internationales pour garantir une rĂ©ponse engagĂ©e et efficace aux problĂšmes liĂ©s au VIH/sida et au VHC en Malaisie. MAC entretient des relations privilĂ©giĂ©es avec le gouvernement et les principaux dĂ©cideurs politiques malais depuis ses dĂ©buts. Il a acquis une lĂ©gitimitĂ© nationale et rĂ©gionale non seulement en ce qui concerne le VIH et les co-infections mais aussi, grĂące Ă  ses actions liĂ©es aux droits humains, sur l'accĂšs aux mĂ©dicaments et les accords commerciaux. MAC est membre de plein droit de Coalition PLUS depuis 2018.

Positive Malaysian Treatment Advocacy and Access Group (MTAAG+) travaille avec les personnes vivant avec le VIH/sida au niveau national. Les prioritĂ©s de MTAAG+ sont la mise en Ɠuvre au niveau national des flexibilitĂ©s de l’Accord sur les ADPIC, tant dans la lĂ©gislation que dans la pratique, l’opposition aux dispositions de propriĂ©tĂ© intellectuelle dans les accords commerciaux bilatĂ©raux et multilatĂ©raux qui vont Ă  l’encontre de la santĂ© publique, en particulier en lien avec l’accĂšs Ă  des mĂ©dicaments abordables. MTAAG+ mobilise la communautĂ© des personnes vivant avec le VIH et le VHC pour qu’elles s’approprient leur vie et leur situation en dĂ©veloppant un programme commun Ă  travers un rĂ©seau national, visant un meilleur accĂšs aux traitements ARV et AAD.

Résultats clés :

Obtention d’une licence d'utilisation gouvernementale du sofosbuvir, un mĂ©dicament primordial pour le traitement du VHC, en Malaisie Lancement des plans nationaux sur le VHC en Malaisie et en ThaĂŻlande, l’amĂ©lioration du programme en IndonĂ©sie et l’expansion du rĂ©seau des hĂŽpitaux qui traitent le VHC en Inde Augmentation du budget consacrĂ© au VHC en IndonĂ©sie et en Malaisie qui a permis l’approvisionnement en AAD.

Fermer
Partenaires Description

Le prĂ©sident de CoNE anime une formation Ă  destination des professionnels-les de santĂ© dans un hĂŽtel d’Imphal. Pour Ă©largir l’accĂšs Ă  la prise en charge de l’hĂ©patite C au Manipur, CoNE a Ă©laborĂ© un programme de formation, qui a ensuite Ă©tĂ© dĂ©ployĂ© en collaboration avec le gouvernement. Au total, CoNE a animĂ© une cinquantaine d'ateliers de formation Ă  destination des personnels de santĂ© dans le secteur public et les ONG, mais aussi pour les coordinateurs de projets au sein des ONG intervenant dans le domaine du VIH.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Lors d’une confĂ©rence de presse, le PrĂ©sident de CoNE Ă©change avec un reprĂ©sentant de l’industrie pharmaceutique et une reprĂ©sentante du programme national de traitement. Afin de promouvoir le dĂ©pistage de l’hĂ©patite C, CoNE a organisĂ© cet Ă©vĂ©nement dans le cadre de la Semaine internationale du dĂ©pistage, initiĂ©e par Coalition PLUS. A travers ses actions de dĂ©pistage et de plaidoyer, CoNE contribue efficacement Ă  l’amĂ©lioration de la collecte de donnĂ©es, ainsi qu’à la mise en Ɠuvre du programme national de traitement.

©Coalition PLUS / Ronel Kongkham, Manipur, Inde, novembre 2020

Community Network for Empowerment (CoNE)

Community Network for Empowerment (CoNE) est un rĂ©seau reprĂ©sentant les organisations Ă  base communautaire de personnes qui consomment des drogues, opĂ©rant au niveau de l’État de Manipur. Il contribue Ă  la riposte sanitaire de l’État dans les domaines de la consommation de drogues, du VIH et d’autres virus transmissibles par le sang tel que le VHC. Il traite Ă©galement les questions et problĂšmes rencontrĂ©s par les personnes qui consomment des drogues, aux niveaux Ă©tatique et national. Le rĂ©seau a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2011 et compte 11 organisations communautaires affiliĂ©es ; il promeut et protĂšge la santĂ© et les droits humains des personnes qui consomment des drogues. Le plaidoyer est la mission principale du rĂ©seau, avec un focus sur le plaidoyer fondĂ© sur des preuves visant le changement par rapport aux prioritĂ©s identifiĂ©es par les personnes qui utilisent des drogues. CoNE s’engage Ă©galement dans l’intervention de crise et exerce un rĂŽle de veille et d’alerte.

Résultat clé :

Adoption par le gouvernement de lignes directrices pour le diagnostic et la prise en charge du VHC Ă©laborĂ©es par les partenaires du projet Ă  Manipur et considĂ©rĂ©es comme stratĂ©giques pour la mise en Ɠuvre du programme d'Ă©limination de l'hĂ©patite de Manipur Formation des professionnels de santĂ© et des cadres au sein des ONG intervenant dans le milieu du VIH Contribution Ă  l’amĂ©lioration du rendement du programme de traitement Ă  Manipur. Aujourd’hui, il s’agit du deuxiĂšme programme le plus efficace de tout le pays.

Fermer
Partenaires Description

Ricardo, infirmier et porte-parole de Ligasida, donne une formation sur le VIH et l’hĂ©patite C Ă  un groupe d’infirmiers-Ăšres et de mĂ©decins dans les locaux de Ligasida, Ă  Bogota. La connaissance des protocoles cliniques sur l’hĂ©patite C chez les professionnels-les de santĂ© est encore insuffisante en Colombie. Les services de santĂ© ont du mal Ă  rĂ©pondre aux besoins des communautĂ©s les plus vulnĂ©rables, en particulier les migrants-es, les personnes sans-domicile fixe et les usagers-Ăšres de drogues. Ces personnes ont souvent une couverture sanitaire limitĂ©e, voire inexistante et n’ont, le plus souvent, pas accĂšs aux traitements. Les organisations communautaires contestent l’inaction des autoritĂ©s sanitaires colombiennes en organisant rĂ©guliĂšrement des sessions de formation pour les professionnels-les de santĂ© et les structures sanitaires. LigaSida est associĂ©e Ă  la campagne «RegĂĄlate un Minuto », dĂ©veloppĂ©e par IFARMA dans le cadre du projet coordonnĂ© par Coalition PLUS avec le soutien d’Unitaid.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Bogota, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Avec d’autres femmes transgenres, femmes en transition et travailleuses du sexe, Katerine participe Ă  un atelier sur la prĂ©vention du virus de l’hĂ©patite C et du VIH. En tant que militante, elle Ɠuvre pour l’empowerment de la communautĂ© des personnes trans, afin de lutter contre la stigmatisation et la discrimination, et surmonter les obstacles qui entravent l’accĂšs au diagnostic et au traitement. L’atelier est organisĂ© par Cimientos de Luz, l’une des organisations associĂ©es Ă  campagne « RegĂĄlate un Minuto », la campagne nationale sur l’hĂ©patite C dĂ©veloppĂ©e par la IFARMA en collaboration avec 20 organisations communautaires rĂ©gionales.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Sincelejo, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Avec d’autres femmes transgenres, femmes en transition et travailleuses du sexe, Karine participe Ă  un atelier sur prĂ©vention du virus de l’hĂ©patite C et du VIH. L’atelier est organisĂ© par Cimientos de Luz, l’une des organisations associĂ©es Ă  « RegĂĄlate un Minuto », la campagne nationale sur l’hĂ©patite C dĂ©veloppĂ©e par la IFARMA en collaboration avec 20 organisations communautaires rĂ©gionales.

©Coalition PLUS / Nicolås Corredor, Sincelejo, Colombie, décembre 2020.

FundaciĂłn Ifarma

FundaciĂłn IFARMA est une organisation Ă  but non lucratif qui mĂšne des travaux de recherche, de conseil et de plaidoyer sur l’accĂšs aux mĂ©dicaments. IFARMA intĂšgre des rĂ©seaux internationaux travaillant sur des politiques de santĂ© publique visant Ă  accroĂźtre l’accĂšs aux mĂ©dicaments essentiels et Ă  amĂ©liorer leur utilisation rationnelle grĂące Ă  l’excellence de la recherche et au plaidoyer fondĂ© sur la preuve. Depuis sa crĂ©ation, en 2001, IFARMA a dĂ©veloppĂ© des collaborations substantielles avec plusieurs groupes de la sociĂ©tĂ© civile de la rĂ©gion d'AmĂ©rique latine. IFARMA a lancĂ© des initiatives en faveur de la dĂ©claration d’intĂ©rĂȘt public par le gouvernement colombien sur les mĂ©decines essentielles, notamment la derniĂšre gĂ©nĂ©ration de traitement de l’hĂ©patite C.

Résultat clé :

  • Inclusion de la Colombie dans la liste des pays participant Ă  l'achat groupĂ© d'antiviraux Ă  action directe mis en place par le bureau rĂ©gional de l'OMS pour les AmĂ©riques (OPS)
Fermer
Partenaires Description

Salaheddine Benarrab, Coordonnateur du centre Albori de santĂ© sexuelle Ă  Marrakech, vĂ©rifie un test du VHC. Les efforts de plaidoyer et de sensibilisation de l’ALCS en faveur de l’accĂšs au dĂ©pistage et aux diagnostics ont contribuĂ© Ă  un plus large dĂ©ploiement du dĂ©pistage de l’hĂ©patite C au Maroc.

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Marrakech, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

« Avant d’ĂȘtre actrice de terrain Ă  l’ALCS, j’étais usagĂšre des services de l’association. AprĂšs mon divorce Ă  28 ans, j’ai Ă©tĂ© rejetĂ©e par ma famille alors que j’étais enceinte. Je n’ai trouvĂ© de refuge qu’auprĂšs d’amis-es usagers-Ăšres de drogues, qui vivaient en marge de la sociĂ©tĂ©. En 2011, j’ai collaborĂ© pour la premiĂšre fois avec l’ALCS lors de la rĂ©alisation d’une Ă©tude importante sur les personnes usagĂšres de drogues Ă  TĂ©touan. Mon rĂŽle Ă©tait d’agir en tant qu’intermĂ©diaire entre l’association et les usagers-Ăšres, pour les convaincre de tĂ©moigner et de se faire dĂ©pister. Depuis, j’ai suivi plusieurs formations et je suis en premiĂšre ligne pour sensibiliser la communautĂ© Ă  TĂ©touan. J’ai participĂ© Ă  plusieurs confĂ©rences et tables rondes pour raconter mon histoire. Pour moi, l’ALCS est une Ă©cole qui m’a appris des choses que je n’aurais jamais apprises ailleurs ».

©Coalition PLUS / Seif Kousmate, Tétouan, Maroc, décembre 2020

Association de Lutte contre le Sida (ALCS)

Membre fondateur de Coalition PLUS, l’Association de Lutte contre le Sida (ALCS) est une organisation communautaire de lutte contre le VIH et les hĂ©patites virales pionniĂšre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est aussi l'une des ONG les plus importantes de la rĂ©gion et coordonne la Plateforme MENA de Coalition PLUS. FondĂ©e en 1988, l’ALCS a obtenu le statut d’utilitĂ© publique en 1993. Elle est le principal partenaire du ministĂšre de la SantĂ© dans la lutte contre le VIH. Elle est Ă©galement la seule association au Maroc impliquĂ©e dans la prĂ©vention du VIH et des hĂ©patites virales, dans l’accĂšs aux soins, ainsi que dans le soutien psychologique et social des personnes qui vivent avec le VIH. Avec plus de 300 volontaires et salariĂ©s-es, l'ALCS intervient Ă  travers des actions de terrain, mais aussi de recherche et de plaidoyer.

Résultat clé :

Inclusion des partenaires marocains dans le comitĂ© de pilotage mis en place par le gouvernement afin d’élaborer les lignes directrices de lutte contre l’hĂ©patite

Fermer
Partenaires Description

Un militant de DNP+ anime un atelier d’information sur l’hĂ©patite C Ă  Delhi devant 45 participants reprĂ©sentant une vingtaine d’ONG. Afin de renforcer les capacitĂ©s des organisations communautaires locales et de maintenir un mĂȘme niveau de qualitĂ© des soins Ă  travers le pays, DNP+ a organisĂ© 8 Ă©vĂ©nements de ce type. Ces ateliers reprĂ©sentent Ă©galement des opportunitĂ©s de plaidoyer auprĂšs des dĂ©cideurs, qui y sont souvent prĂ©sents.

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

« Nous venons tous trois du NĂ©pal et nous vivons Ă  Delhi depuis sept ans. Nous vivons avec le VIH et le VHC. Comme nous sommes sans domicile fixe, nous avons dĂ©cidĂ© de nous serrer les coudes et de nous installer Ă  Yamuna Bazaar, oĂč nous pouvons bĂ©nĂ©ficier de l’appui de DNP+. Lorsque les services sont disponibles, nous bĂ©nĂ©ficions de la distribution de matĂ©riel d’injection que nous ne pouvons pas nous offrir avec nos salaires journaliers. DNP+ nous a accompagnĂ©s de nombreuses fois Ă  l’hĂŽpital. GrĂące Ă  ces services de proximitĂ©, nous avons rĂ©ussi Ă  effectuer tous les tests diagnostiques et Ă  accĂ©der au traitement de l’hĂ©patite C. Aujourd’hui, DNP+ garde nos traitements contre le VHC pour en assurer la sĂ©curitĂ© et nous donne chaque jour notre traitement ».

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer
Partenaires Description

« Je vis dans la rue depuis quinze ans. Je suis un usager de drogues et je m’injecte de l’hĂ©roĂŻne depuis dix ans. J’essaie de rester prĂšs des bureaux de DNP+ pour bĂ©nĂ©ficier des distributions de matĂ©riel d’injection, quand il y en a, mais aussi pour demander des conseils sur mes habitudes d’injection et sur la rĂ©duction des risques. GrĂące aux rĂ©unions organisĂ©es par DNP+, j’ai compris les enjeux liĂ©s aux infections dangereuses pour les usagers-Ăšres de drogues. C’est aussi comme cela que j’ai pu accĂ©der au dĂ©pistage du VIH et de l’hĂ©patite C, et ainsi connaĂźtre mon statut sĂ©rologique ».

©Coalition PLUS / Nitin Rai, Delhi, Inde, décembre 2020

The Delhi Network of Positive People (DNP+)

Delhi Network of Positive People (DNP +) est un rĂ©seau de personnes vivant avec le VIH. CrĂ©Ă© en 2000, DNP+ s’efforce de rendre possible le jour oĂč toutes les personnes en besoin d’un traitement le reçoivent et oĂč personne ne souffrirait ou ne mourrait faute d’accĂšs aux mĂ©dicaments. Les activitĂ©s de DNP+ sont la prestation de services, l’accompagnement au traitement, l’autonomisation des communautĂ©s et la promotion de l’accĂšs aux mĂ©dicaments. DNP+ milite contre les ruptures de stock d’antirĂ©troviraux, contre les accords de libre-Ă©change qui menacent l’accĂšs aux gĂ©nĂ©riques et pour l’opposition aux brevets sur les mĂ©dicaments du VIH et du VHC. DNP + a travaillĂ© avec dĂ©vouement sur la fourniture des services vitaux pour les personnes vivant avec le VIH/sida et le VHC Ă  Delhi. Quand DNP+ ne demande pas au gouvernement d’assumer sa responsabilitĂ© en matiĂšre d’approvisionnement de traitements, il travaille avec lui en apportant un soutien logistique crucial.

Résultat clé :

  • Prise en charge des personnes usagĂšres de drogues sans domicile, Ă  qui l’Etat refusait les soins tant qu’il n’avaient pas de papiers en rĂšgle
  • Elargissement du nombres d’hĂŽpitaux en capacitĂ© de diagnostiquer et traiter le VHC Ă  Delhi
  • IntĂ©gration de services VHC dans la prison de Tihar, la principale prison de Delhi
Fermer